CIEL EN RUINE

T1 - CIEL EN RUINE

24.10.2007
  • CIEL EN RUINE
Janvier 1945. L'Allemagne dévastée sacrifie ses derniers pilotes aux commandes du chasseur à réaction le plus performant de la deuxième guerre mondiale : le Me 262. Nikolaus Wedekind est l'un de ces jeunes pilotes hâtivement formés et voués à une mort certaine. Mais le Diable veille…

T2 - ALARMSTART

15.10.2008
  • CIEL EN RUINE
« Bomber im Visier »…. La silhouette étincelante d’une Forteresses volante s’encadre dans le collimateur des chasseurs à réaction Me 262. C’est la première mission de guerre pour Nikolaus Wedekind qui vient d’intégrer la fameuse escadrille JG7. Main crispée sur le manche, il dégringole au milieu des traçantes à plus de 800 km/h vers sa cible. Trois secondes pour déclencher ses armes de bord avant que la mort ne le désigne.

T3 - HORRIDO

28.10.2009
  • CIEL EN RUINE
Alors que l’Allemagne vacille sous les bombes, tout se précipite pour Nikolaus. Son avion poussé au régime de combat transperce la défense des chasseurs alliés, mais sa trajectoire se referme sur de noirs présages : « Dansez, brûlez gens de la terre. Tout n’est qu’un triste mystère ».

T4 - PIEGE EN POMERANIE

26.01.2011
  • CIEL EN RUINE

Fuis sans te retourner Nikolaus ! Traqué par les bois et les plaines, l’ombre de la mort comme futur proche. Deux fois perdu dans la neige et dans la brume, le ciel se dérobe sous une éternelle conspiration. Avant que ne retombe le soir, l’haleine d’un monde englouti te portera au bord du gouffre.
Que ton cœur soit ferme ! Les puissances invisibles grondent sur un pays sans consolation qui a pour nom : Po-mé-ra-nie. 

INTEGRALE

07.12.2016
  • CIEL EN RUINE

Au début de l’année 1945, l’Allemagne est prise entre deux fronts : à l’Ouest, les Alliés ont franchi le Rhin ; à l’Est, l’Armée Rouge se dirige vers Berlin. Si l’espoir commence à abandonner les soldats de la Wehrmacht, quelques soubresauts de haute voltige animent encore un ciel désormais en ruine. Les ME 262, véritables tombeaux volants, sont pilotés par des hommes dont le courage frôle souvent l’inconscience, voire la folie.