Les Vieux Explorateurs : interview des auteurs

30 janvier 2018

Le 7 février prochain paraîtra Les Vieux Explorateurs, par les auteurs espagnols Marc Tinent (scénario) et Lourdes Navarro (dessin). Une bande dessinée drôle et pleine d'esprit mettant en scène Christophe Colomb, Ponce de Leon, Amerigo Vespucci et Alonso de Ojeda, qui, malgré leur vieil âge, s'embarquent dans une dernière expédition tous ensemble...

Nous avons interrogé les auteurs au sujet de leur album lors du festival international de la bande dessinée d'Angoulême.
 

Marc Tinent, Lourdes Navarro, bonjour ! Nous allons parler d'un album à la fois rigolo et sérieux : Les Vieux Explorateurs. Comment avez-vous eu cette idée de faire vivre une aventure à ces quatre grands explorateurs réunis ?
Marc Tinent : L’idée originale m’est venue d’un script cinématographique qui a été fait il y a quelques années au sujet de la vie de Colomb, et qui finalement ne verra pas le jour. Je me suis inspiré de cela pour développer une histoire.

C’est une histoire avant tout fantastique, fantaisiste, mais qui rassemble quatre des plus grands noms de l’histoire de la découverte…
M. T. : Leur point commun à tous les quatre, c’est qu’ils ont eu une vie célèbre, mais une mort peu connue, médiocre, dans la misère. J’ai trouvé intéressant de les réunir en une histoire qui a lieu après leurs expéditions, à la fin de leurs vies, quand ils ne sont plus que des personnes âgées tombées dans l’oubli.

Avez-vous développé ensemble le scénario ?
L. N. : Marc avait déjà écrit l’histoire quand il a remarqué mon travail et m’a contactée. À vrai dire, on ne s’est jamais rencontrés jusqu’au jour de la publication de la bande dessinée ! C’était un peu un travail fantôme.

Dans cette histoire, les quatre vieux navigateurs partent en expédition pour trouver la fontaine de Jouvence, en quête de jeunesse éternelle…
M. T. : À l’époque des grandes expéditions, il y avait cette légende autour d'une fontaine d’immortalité. Et si au lieu de mourir de façon si normale et miséreuse, les explorateurs avaient découvert cette fontaine ? C’est la question que je me suis posée et que j’ai développée dans notre bande dessinée.

Lourdes, cela a-t-il été compliqué de faire vivre ces personnages, un peu âgés, caricaturaux, et pas toujours sympathiques ?
L. N. : Marc a créé les personnages de telle façon qu’en lisant ses fiches, j’ai tout de suite compris ce qu’il exprimait, et tout de suite visualisé les personnages. Cela a donc été au contraire très facile de les mettre en dessin.

Il y a par ailleurs des choix graphiques très particuliers sur certaines pages…
L. N. : La double-page 42-43 a été un défi, en effet, car je souhaitais exprimer le sentiment de perdition des personnages à travers le découpage. C’est pour cela que les cases sont articulées de façon si particulière, afin que le lecteur ne sache pas dans quel sens lire l’ensemble, et se perde comme les personnages dans le labyrinthe.

Ces quatre aventuriers très célèbres, qui s’aventurent une piste un peu tordue, ont chacun leur caractère et ne s’entendent pas toujours. Et il y a un certain suspense, car on se demande s’ils vont atteindre leur but...
M. T. : Je souhaitais justement mettre l'accent sur leurs caractères. J’ai choisi des personnages historiques qui avaient des comptes à régler les uns les autres. Et c’est à travers le conflit que j’ai pu développer tout l’humour de la bande dessinée.

Nous ne révélerons pas la fin, mais l’album s’achève sur ce qui ressemble à une ouverture. Peut-on imaginer une suite, peut-être ?
L. N. : On nous a souvent fait cette remarque, en effet !
M. T. : Nous avons tous les deux des nouvelles idées pour poursuivre cette histoire. D’une part, la tribu des Loas pourrait avoir sa propre bande dessinée, indépendamment des protagonistes. D’autre part, effectivement, nos quatre personnages principaux pourraient, pourquoi pas, poursuivre de nouvelles aventures…

Peut-on dire qu’il s’agit d’une bande dessinée tout public ? Le fond de l'histoire est historique, et les personnages connus de tous, c'est là sans doute la force de cette bande dessinée...
L. N. : Je crois que oui. Bien que nous la considérions plutôt comme une bande dessinée jeunesse, j’ai plusieurs amis plus âgés qui ont adoré.
M. T. : Les enfants sont attirés par les dessins, les couleurs et le côté aventure. Les adolescents, plutôt par le côté humoristique et le cynisme des personnages. Quant aux adultes, c’est le scénario et l’aspect historique qui les capte.

Hormis une éventuelle suite de ces Vieux Explorateurs, avez-vous des projets ?
L. N. : Oui, nous avons un nouveau projet ensemble…
M. T. : C’est l’histoire d’une jeune fille qui apprend que son chanteur préféré va visiter sa ville. Elle s’imagine qu’elle aura la possibilité de l’espionner, de sentir l’odeur de ses cheveux, de le toucher… De fil en aiguille, elle est arrêtée par la police, et devra faire des travaux publics… jusque dans les égouts, où elle va faire une rencontre surprenante.

Merci beaucoup pour cette interview au sujet des Vieux Explorateurs : une idée très originale, bien mise en page, avec un joli suspense.